09 Juil

Le Soft Hacking par l’exemple – 3ème étape : stratégie outbound collaborative

La 2nde étape a permis de choisir deux cibles prioritaires parmi les six lagons bleus : les conjoints de salariés expatriés et les auto-entrepreneurs. Mais si ces derniers représentent un segment extrêmement dynamique (la France compte deux fois de plus travailleurs freelances aujourd’hui qu’il y a dix ans, et cette progression s’amplifie), il regroupe en fait des populations extrêmement différentes, des livreurs ubérisés aux webdesigners sur-sollicités !

Le Workshop Café s’est révélé extrêmement créatif, une part non négligeable d’auto-entrepreneurs fortement qualifiés – webdesigners, graphistes, rédacteurs publicitaires, community managers, etc. – exerçant désormais leur activité depuis l’étranger, notamment en Afrique du Nord ou aux Baléares, en télétravail, ne revenant en France que pour de courts séjours.

Des synergies évidentes existent entre nos deux cibles prioritaires, même si les offres ne peuvent être identiques – la première concerne essentiellement des conjoints de salariés, la seconde des travailleurs indépendants –, notamment dans une optimisation de la stratégie outbound.

Nous avons retenu une stratégie outbound collaborative pour la création de contenus adaptés à des populations vivant en terre étrangère ; l’intérêt de tels dispositifs réside dans une diffusion rapide des contenus adaptés – rapide et adaptés constituent les termes clefs de la démarche.

Une stratégie outbound classique aurait consisté à rédigé des papiers de fond sur la problématique des Français installés à l’étranger et leur santé, mais aussi sur les cultures locales, les loisirs, etc. ; puis développer un site – ou un espace au dédié sein du site de la mutuelle – pour les publier avec les problèmes de SEO et SEA afférents.

Dans le cadre d’une stratégie outbound collaborative, la dynamique s’inverse : on propose à des internautes de s’exprimer sur des sujets qui leur tiennent à cœur, dans le cadre bien sûr de thématiques spécifiques ; et c’est là que la synergie entre les cibles va jouer.                  

Les freelances sont généralement expansifs, ne serait-ce que parce qu’ils ont besoin de visibilité ; ce n’est bien évidemment pas le cas des conjoints d’expatriés, même si certains ont pu développer des blogs ou des chaines YouTube pour partager leurs découvertes – ou parfois simplement combler leur ennui.

Dans le cas présent, la stratégie outbound mêlera contenus plutôt orientés professionnels et d’autres plus ludiques ou culturels ; et les thématiques s’affinant au fur et à mesure en fonction des désirs des contributeurs, la problématique de l’intérêt ne se pose pas vraiment.

LinkedIn, Twitter, Instagram, Pinterest pointent vers le site de la mutuelle … mais les contenus qui sont publiés sur ces réseaux sociaux conservent leur autonomie : c’est pourquoi une signature discrète permet de valoriser la mutuelle qui sponsorise l’ensemble.

Mission accomplie donc pour la stratégie outbound collaborative, dont l’objectif numéro reste de développer la notoriété et la proximité de la marque.