07 Juil

Le Soft Hacking par l’exemple – 2nde étape : Workshop Café

Revenons au cas de notre mutuelle : nous avions établi une liste de 6 lagons bleus, tous différenciantes, pertinentes, crédibles … du moins, sur le papier ; car  n’étant pas actuaires, nous ne pouvions préjuger de leur rentabilité effective.

Par ailleurs, nous ne pouvions estimer leur acceptabilité par les collaborateurs de l’entreprise : or leur adhésion – ou leur rejet – joue un rôle capital dans le succès – ou l’échec – d’un lancement de produit ou service.

Nous avions les conjoints des salariés expatriés déjà évoqués, mais aussi les auto-entrepreneurs et 4 autres cibles précises avec des ébauches d’offres ; une approche « classique » nous aurait conduits à :

  • A approfondir notre étude de marché,
  • Pour choisir une ou deux cibles prioritaires,
  • Puis diligenter des études ad hoc complémentaires (entretiens individuels, groupes qualitatifs, etc.) pour finaliser une stratégie,
  • Avant de passer en phase active avec communication et démarchage.

Entre les études à sous-traiter et les multiples allers-retours entre des services concernés, compter au minimum 6 mois.

Une approche agile nous a permis de considérablement réduire les délais et les coûts en organisant un Workshop Café – un système d’atelier dynamique à mi-chemin entre un workshop et les discussions de machine à café … du moins pour le nom, car pour bien fonctionner, le Workshop Café nécessite une préparation minutieuse.

Nous avons 6 propositions : chaque consultant se saisit de 2 propositions, et 3 sessions de ¾ heure sont organisées en parallèle, réunissant des collaborateurs de l’entreprise, au cours desquels nos lagons bleus font l’objet d’une discussion, en monadique puis en comparaison ; les réactions sont scrupuleusement notées.

Puis les collaborateurs changent de salle et l’expérience recommence, l’ordre de présentation des lagons étant inversé ; ¾ heure plus tard, nouvelle rotation.

A la fin des 3 rounds, les collaborateurs reviennent dans la salle de départ, et une reconstruction des propositions s’amorce à partir des matériaux recueillis tout au long de la matinée ; un rapporteur est désigné pour défendre chaque lagon bleu lors d’une session commune finale.

Simple sur le papier, un peu plus compliqué à mettre en œuvre, le Workshop Café a permis de hiérarchiser la nouvelle offre de services de notre mutuelle ; surtout a favorisé l’implication des collaborateurs autour d’une offre qu’ils ont, sinon construite, du moins considérablement enrichie.

Workshop Café, ou le plus souvent mini Workshop Café dans le cadre d’une TPE ou d’une startup, ne sont que des outils parmi d’autres ; l’important dans cette seconde étape réside dans l’implication des employés – et notamment de ceux qui vont commercialiser produits et services innovants –, véritable clef de succès de développement : car des employés non convaincus ne seront jamais convaincants.